[217]. ASCOSEN, seule sur le terrain des revendications consuméristes ?

 [217]. ASCOSEN, seule sur le terrain des revendications consuméristes ?

Le Dimanche 05 Septembre 2021 l’équipe du Divan Citoyen accueillait Monsieur MOMAR NDAO, président de l’Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN). Pour rappel, l’association a été créée le 4 novembre 1989 et compte 15 746 membres enregistrés.

Sa présence sur le Divan Citoyen était liée à la récente et continue hausse des prix des denrées de première nécessité. Dans son propos introductif, M NDAO a établi l’historique de l’association en dressant une liste d’affaires qu’ils ont porté et pour lesquelles ils ont obtenu gain de cause. Il s’agit de contentieux avec les entreprises privées notamment la SONATEL et la SENELEC; des recours intentés au niveau des commissions de régulation. La plainte au niveau des autorités de régulation est, selon  le président de Ascosen, le premier niveau d’actions puisqu’elles ont une compétence spécifique en lien avec le secteur.

Par ailleurs, le fait que l’association soit même saisie de complaintes dans des affaires impliquant la police, peut signifier que Ascosen soit la seule entité consumériste sur le terrain des revendications. Parlant de saisine, il précise qu’elle se fait essentiellement par écrit, ce qui aide à documenter les affaires portées à leur connaissance et surtout faire face. Les actions initiées par des entités que l’association dénonce ne manquent pas. Cela a été le cas lorsque la Sonatel a porté plainte contre lui, le visant en tant que personne morale.

L’effort mené par l’association dans la défense des consommateurs explique les multiples saisines et ce à des heures tardives. “ Il arrive que mon téléphone sonne à 01 heure du matin de la part de consommateurs qui se plaignent” note Momar Ndao.

A chaque jour suffit sa peine

Concernant la hausse, il explique la hausse suivant deux éléments: interne comme externe. Pour l’oignon, il indique que les prix sont au plus bas chez les producteurs et au plus élevé au niveau du détaillant, ce qui résulte du fait que “le ministre du commerce, régulateur de ce secteur, ne fait pas son travail”. 

La hausse du prix du sucre n’est pas liée à une pénurie puisque la Compagnie Sucrière Sénégalaise (CSS) dispose d’un stock de plus de 30.000 tonnes dont 25.000 tonnes de sucre cristallisé. Elle s’explique simplement du fait que le prix du sucre est plus élevé à l’étranger qu’au Sénégal; certains commerçants préférant l’exporter. Il s’y ajoute que, fait nouveau, des industriels se rabattent sur le sucre local pour les mêmes raisons indiquées précédemment. 

Toujours sur la hausse, M. Ndao relève les alertes de son association “depuis le mois de janvier 2021 afin de prévenir ces hausses, à tel enseigne que le président de la république a donné plus de cinq instructions au ministre du commerce”. Ce n’est que récemment, selon le président de Ascosen que la ministre a pris des arrêtés pour déterminer les prix administrés aux consommateurs. Ces mesures ont engendré des baisses sur le prix du kilo de sucre (de 800 à 600 F CFA) et du litre d’huile (de 1800 à 1200 F CFA).

Les autres facteurs expliquant la hausse des prix ont rapport aux coûts du transport international qui impact les denrées importées. A ce titre, même si l’augmentation au niveau international du sucre est atténuée par la production locale de la CSS, pour les autres denrées, Ascosen a demandé à ce que l’Etat procède à une diminution des droits et taxes ou un renoncement à la TVA. Ces demandes ont été satisfaites..

Au cours de cette session du Divan Citoyen, le président de l’Ascosen a été interpellé au sujet de sa collaboration avec différents présidents de la République dont l’actuel, Macky SALL. Cet interpellation a surtout trait à la difficulté, voire l’impossibilité de défendre les consommateurs tout en étant en service à la Présidence de la République. En sus, M. Ndao semble être le seul membre de son association, aucune place ne semble être laissée aux éventuels membres, ceux-ci étant inconnus du grand public.

Reprenant la parole, M. NDAO signale que n’importe qui dans l’association ne saurait parler des affaires qui selon lui semblent compliquées. Pour s’en convaincre, il donne l’exemple d’un membre qui n’arrivait pas à expliquer, sur une radio locale, une situation qu’il avait pourtant de lui-même évoquée. Pour remettre les choses en état, il indique avoir été obligé de se rendre au niveau des locaux de la radio pour repréciser lesdites déclarations.  

Ascosen est une association ouverte à tous

Les internautes l’ont également interpellé sur le mode de fonctionnement de l’ASCOSEN. De leur point de vue, la dénomination de l’association, faisant référence à un consommateur sénégalais, justifie le droit de regard sur son fonctionnement. Ce qui n’est pas de l’avis de Momar Ndao. Il a indiqué que la qualité de membre était nécessaire pour exiger de l’association quelque acte qu’il soit. Ceux qui souhaitent adhérer à Ascosen ont le choix de rejoindre le mouvement par le biais des unités locales de base. Deux souscriptions sont possibles : une adhésion à 1000 F CFA pour la qualité de membre simple et une autre à 2000 F CFA pour la qualité de membre actif. L’adhésion donne différents droits. 

Monsieur NDAO pense qu’il n’y a pas conflit d’intérêt avec son travail à la Présidence de la République où il officie depuis 17 ans et son poste de président à l’association. “C’est même une aberration de penser ainsi puisque cette position ne l’empêche pas de défendre les consommateurs”. Il cite même à l’appui les résultats qu’ils ont engrangé en comparaison d’autres associations qui n’ont pas ce problème. Il a en outre, justifié la nécessité d’avoir des représentants au sein d’instances de décisions afin d’assurer l’équilibre entre les différentes parties prenantes.

Pour soutenir les efforts des associations, il recommande aux consommateurs de veiller à ce que les prix arrêtés par le ministère soient appliqués au niveau des quartiers. “Il faut saisir les autorités pour dénoncer les hausses injustifiées” finit-il par déclarer.

Emmanuel Maurice DIOH

Law Manager in Technologies, medias and telecom Intellectual property / Information Technology

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !