[84]. Le jour où l’on commencera le blogging au Sénégal

 [84]. Le jour où l’on commencera le blogging au Sénégal

Aujourd’hui, j’évoque la question du blogging, un des derniers billets de ma série consacrée au blogging au Sénégal. Ce texte n’a rien de moralisateur et ne jette la pierre à personne. Si vous vous sentez offensé, pardonnez. En ce mois béni de ramadan, Dieu pardonne aux siens.

Le sujet que j’introduis cette semaine part d’une discussion que j’ai eu avec des amis. Mon assertion de départ a été de dire qu’il nous fallait mettre en exergue les réussites de la communauté des blogueurs au Sénégal. Non pas pour gentiment fermer le caquet à ceux qui nous prennent pour des blagueurs mais pour davantage mettre au premier plan toutes ces têtes bien faites.

Je pars d’un constat simple. Quand on demande qui a réussit dans le blogging au Sénégal, quelque soit d’ailleurs le modèle de réussite retenu, on nous cite qui ? Faisons l’exercice en posant à un journaliste quelconque, à un homme politique quelconque, à un chef d’entreprise quelconque. N’hésitez pas à partager vos résultats, cela nous intéresse.

Pour ma part, je note que certains d’entre nous sont dans la passion du blogging depuis plusieurs années. On se fait appeler blogueurs, web activistes ou entrepreneurs du web. Je note également que nous ne sommes pas encore dans « l’économie collaborative » mais il est grand temps. Il est temps, pour ceux qui le souhaitent d’évoluer vers le métier de blogueur. Bloguer n’est plus une passion.

La passion nourrit l’activité du blogging, elle en est même une sève nourricière. Elle est donc primordiale parce qu’elle motive mais sans plus parce qu’on ne se nourrit pas d’amour et d’eau fraîche. Ce jour où les blogueurs au Sénégal se prendront au sérieux, ce jour-là, le reste du monde leur prêteront une oreille attentive.

Blogging: Osons la réussite

Le dictionnaire Larousse définit la réussite comme « toute œuvre, toute entreprise, toute action qui connait le succès ». Je ne parle pas seulement de la réussite financière mais de toute bonne réalisation. Il nous faut donc oser endosser nos réussites. Pour que d’autres en apprennent, il nous faut accepter d’être performant, quitte à payer pour cet apprentissage.

J’adore la fausse modestie, pas la modestie mal placée. Il est de bon ton de se gausser de ses exploits après des nuits blanches, du stress ou de l’indifférence parfois. En taisant vos exploits, vous ne protégez pas votre business, vous la rendez précaire et minimaliste. Kou siy ragal beut ak lamign démal sa mam mou sang leu safara, gris-grisez ou amulettez-vous si besoin.

Il faut savoir qu’il y a toute une génération connectée qui rêve de vivre du numérique. Ils ne sont pas les seuls, des pouvoirs publics et des investisseurs privés restent prêts à soutenir les projets novateurs. Il y’ a enfin tous ces timidement passionnés qui attendent le déclic pour savoir que réussir est possible. Ils attendent qu’on pointe du doigt ceux qui ont entrepris et réussi. 

Et donc, je parle de blogging au sens de métier dont on acquiert les compétences, d’une activité génératrice de revenus, pas d’écriture web ou de posts pour le fun. Je parle d’attitudes, je parle de vision et de projets, je parle d’influence, je parle d’impacts dans ce que nous faisons ou avons fait jusque là, avec ardeur et énergie.

Si nous approfondissons la réflexion dans le but de maîtriser  internet, nous pourrons émerger. Et bien avant même le Plan Sénégal Émergent. Nous sommes déjà une bonne communauté de par le nombre, les ressources humaines et le niveau de production de qualité que je vois défiler chaque minute.

Un Plan Blogging Émergent

Laissons-nous donc inspirer et influencer par d’autres en retenant ce qui marche, pour gagner du temps. Apprenons de nos compatriotes qui sont déjà brillants dans le domaine. Avoir une source d’inspiration est fondamentale en toute chose et elle l’est plus en cette matière.

Comprenons et acceptons également que les réussites collectives ont toujours été la somme de réussites individuelles. Nous avons donc besoin de reconnaître le mérite de ceux qui initient, innovent et font des résultats. Il nous faudra être généreux à leur endroit et leur donner ce coup de pub. En voici une que je retiens :

Je suis fan du blog @_worldofnk ! J’aime cette plume qui raconte le #Senegal avec humour et pertinence. Suivez. Lisez. Partagez — Aïsha Dème (@DemeAisha) 21 juin 2016

Sur Wa Mbedmi, nous offrons un espace de promotion à la disposition de blogueurs pour ceux qui souhaitent y épingler leurs sites. Faites-nous savoir si vous avez des offres similaires.

Légui nak, je m’adresse à ceux et celles qui voudraient faire le saut vers le professionnalisme en migrant de passionné à blogueur professionnel. Je partage l’extrait d’un billet qu’un ami m’a suggéré, le texte intégral est disponible ici. Voici ce que j’en rapporte:

« Tout blogueur doit penser à se professionnaliser. Ce n’est certes pas une obligation, mais c’est une étape nécessaire et adopter une stratégie de content marketing pour son blog serait un premier pas. 

Une bonne stratégie de marketing peut alors aider les blogueurs à catalyser au mieux leur passage du blogueur passionné au « blogueur professionnel » étant donné que l’objectif final serait de monétiser au mieux son audience. 

La stratégie bien élaborée permettra de gagner en termes de visibilité sur les moteurs de recherche, de gagner en notoriété, de renforcer son influence et de mieux suivre ses actions« .

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !