[60]. Débat sur la nationalité au Sénégal, que veut – on ?

 [60]. Débat sur la nationalité au Sénégal, que veut – on ?

Un débat sur la nationalité au Sénégal n’est pas une mauvaise chose en soi. Bien que la question soit juridiquement traitée dans notre législation, elle peut toujours être mal posée. En d’autres époques et dans d’autres pays, cette polémique a entrainé des troubles et plusieurs pertes en vies humaines. Devrions-nous laisser le débat aux seuls hommes politiques?

J’ai entendu une nouvelle qui m’a attristé. Le Président Macky Sall a présidé récemment une réunion de son parti politique l’Alliance Pour la République. A cette occasion donc, lui et ses partisans ont décidé de mettre en place une commission d’enquête parlementaire. Ils veulent vérifier la nationalité sénégalaise exclusive de l’ancien président Abdoulaye Wade.

J’ignore pour le moment tout ce qui justifie ce retour sur le passé et je ne vais pas nourrir outre mesure une histoire. Je marque par contre mon étonnement sur le niveau d’importance accordée à cette question notamment de la part de Macky Sall et son parti. Ma préoccupation en tant que citoyen d’un pays dit émergent ne me semble pas être ceci.

En ces situations, plusieurs questions se posent. Qui va (encore) endosser ce plan? Quelle est sa finalité et son impact dans la cohésion de notre Nation? Je vous livre ma part de vérité dans cette histoire pour que nous puissions en débattre.

Qui cette fois-ci?

Il est connu ici et ailleurs que certaines funestes initiatives ne soient portées que par de funestes personnalités. Je n’ai pas besoin d’aller très loin pour relever les noms de tous ceux qui ont été à l’initiative de lois scélérates à l’Assemblée nationale. Et si cela aboutissait, on verra que son « porteur » n’était pas connu sur la scène publique avant cet épisode.

Et puis, quelle preuve gnous-nous que ceux qui sont en exercice ne sont pas dans cette situation ? Cette recherche sera t-elle étendue aux anciens chefs d’Etat Abdou Diouf et Senghor ? Pourquoi pas une vérification de tous les porteurs de charge publique pendant qu’on y est si ce n’est que pour le bien de la Nation.

Nul ne sait où nous mènera ce débat sur la nationalité au Sénégal et ceux qui l’agitent en soi ne sont pas assurés d’en sortir indemnes, walay. Il n’est pas besoin de chercher très loin. Demandons-nous tout juste ce que le débat sur l’ivoirité a apporté à nos cousins de la lagune Ebrié. Nous sommes tous d’accord que la question de la préservation des intérêts nationaux doit se poser.

La crise économique a entrainé de fortes pertes d’emploi et la résurgence de questions existentielles. C’est également tout le débat au sujet de la préférence nationale dans l’octroi des marchés publics. Ce serait cependant mal venu de rapporter cette problématique au champ politique en utilisant le critère de la nationalité.

Là aussi, les exemples font foison. Les Etats-Unis, pays aujourd’hui le plus puissant de la planète a été construit grâce à la contribution d’indigènes, de colons, d’aventuriers et d’étrangers. L’islam qui a aujourd’hui le plus d’adeptes à travers le monde a enregistré la contribution déterminante de frères et de sœurs très éloignés de la tribu de Mouhamed (PSL). Que veut-on?

Commune volonté de vie commune

Ce qui me semble pertinent dans cette commune volonté de vie commune, c’est la citoyenneté que wikipedia définit comme le fait pour une personne d’être membre d’une cité nourrissant un projet commun auquel il souhaite accorder une part active. Quel contenu donnons-nous à notre projet de société? Qui y contribuera et comment?

Dans ce pays le Sénégal, de superbes initiatives y ont été le fait d’étrangers qui ont contribué à la marche de notre nation, à la prospérité de notre pays. Dans ce pays le Sénégal, des nationaux exclusif bon teint bon grain ont, sans le moindre scrupule, usé et abusé de nos deniers publics et sont encore là à en jouir et s’en réjouir. Que veut-on?

Je ne suis pas d’accord avec Macky Sall, ni avec Moustapha Diakhaté, ni avec Aliou Sow ainsi qu’avec tous ceux qui secrètement et sournoisement veulent nous enfumer avec cette manière de poser le débat. Je n’ai pas envie que demain, l’on se mette à pointer du doigt leur responsabilité dans ce gouffre.

Messieurs, vous pouvez nous prendre pour ce que vous voulez, c’est pas grave mais nous ne pouvons accepter que vous enfouissez vos lacunes dans ce truc machin de débat sur la nationalité. Vous avez tord et vous aurez tord. De bonne foi peut être. C’est donc en toute bonne foi que je vous dis : Pas en mon nom!!!

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

2 COMMENTAIRES

  • La Constitution du Sénégal a dit que les candidats doivent être de nationalité sénégalaise exclusive et donc avoir une double ou triple nationalité serait violer la loi. Cette question ne cessera d'être évoquée, ne cessera de faire l'objet d'accusations politiciennes tant qu'on l'aura pas vidé. Qui doit le faire nak, je l'ignore

    • Keneen ki ci mbed mi, dalal ak jamë. Ce n’est pas une question facile mais elle reste quand même une question de société dont il faudra débattre. Maintenant national ici et ailleurs n’est pas le réel enjeu. Il est dans la mise en place d’une opinion publique citoyenne qui sait et demande des comptes à ses gouvernants.

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aider ?