[38]. Ebola au Sénégal, menace sur la Téranga !

 [38]. Ebola au Sénégal, menace sur la Téranga !

La nouvelle a fait la Une de presque tous les médias, Ebola au Sénégal nous a ramené à la réalité. L’épidémie à laquelle l’opinion ne s’était pas préparée a fait surface, colportée depuis un pays voisin. Comme nous nous y attendions, la riposte s’est bien organisée et nous le devons à des acteurs de premier plan.

Nous avons appris avec stupéfaction, crainte et anxiété la présence du virus ebola en terre sénégalaise. Pour beaucoup, y compris moi-même, cela a été un choc. Un véritable nak parce que ce virus menace notre existence et risque de désorganiser notre mode de vie.

Ebola s’est finalement décidé à venir, colporté par un jeune ressortissant de la Guinée voisine, selon des sources officielles. L’ instinct de survie du jeune homme lui a dicté de venir au Sénégal afin d’augmenter ses chances de vie. En pareille situation d’ailleurs, certainement que nombre d’entre-nous aurez tenté le coup en chercher ailleurs. Selon les informations parues dans la presse, il se porterait mieux, son état s’étant stabilité.

Il nous a quand même foutu la trouille ce jeune homme. Dans notre instinct de conservation, nous avons rapidement remis en cause la justesse de sa décision. Pourquoi venir ici au risque de contaminer d’autres personnes? Cette interrogation parait d’autant plus pertinente que le virus à ébola est mortel et sa propagation est très rapide. Selon toujours les médias, la personne ne s’était pas signalé aux autorités médicales à son arrivée. Peut-être ignorait-il la nature de la contamination.

L’instinct de conservation nous a certainement fait dire des choses qu’il n’est pas toujours sain de répéter. Et d’ailleurs, le meilleur service que nous pouvons rendre à nos proches est de dépasser très rapidement cet état de panique. Face à une menace, nous avons l’option de nous enfuir ou alors de faire face. Nous avons choisi d’agir pour gérer ébola.

Faire face par ses moyens à la menace

Diverses initiatives sont prises pour accompagner l’Etat du Sénégal dans sa volonté de contenir la propagation. Des citoyens, individuellement ou en association, s’investissent et dans ce lot, Y’en A Marre et le Réseau des blogueurs du Sénégal ont déjà pris les devants. C’est ainsi qu’une page sur facebook, dénommée SenStopEbola a été créée pour collecter et vulgariser la bonne information sur l’évolution de l’épidémie. En appoint, des experts répondent aux questions et aident ainsi à corriger les fausses infos.

En attendant qu’un médicament soit disponible, il nous faut exploiter la bonne avance dont dispose le Sénégal sur sa propagation. Nous la consoliderons en mettant en avant diverses précautions qui se résument à deux principalement :

S’informer et changer de comportements.

Les spécialistes ont clairement indiqué que les mains étaient les premières sources de contamination de la maladie. Il serait donc indiqué de remettre en cause certains usages manuels courants en terre de Téranga. Chez nous, saluer en serrant la main est une habitude, disons même un réflexe. Dans certains cas, ne pas le faire est généralement considéré comme un manque de respect et de considération. On sera tous d’accord cependant qu’il nous faut, le temps d’une campagne de riposte, changer nos habitudes. Sans doute qu’on la reprendra après, à cœur joie.

Par ailleurs, nous empruntons régulièrement les transports publics pour rallier nos différents lieux de travail ou pour simplement faire nos courses. Ces espaces partagés peuvent êgalement constituer des greniers de transmission, surtout que des personnes de diverses provenances s’y retrouvent. A ce niveau, les directions peuvdoivent doter leurs lignes de gel désinfectant, à la disposition des passagers. Ce liquide disponible dans les pharmacies, peut être acquis à moindre coût.. D’ailleurs, ceux d’entre nous qui peuvent l’acquérir pourront leur en faire don.

Reste nak la question de la nourriture que nous achetons dehors. Je pense aux mango ou coco achetés aux coins de rue, au thiéré du vendredi soir ou alors le lait caillé du dimanche chez Ardo neex soow. N’ayant pas de solution toute faite à proposer, évitons autant que possible et envisageons des alternatives pouvant nous prémunir davantage. A défaut, se laver les mains avec du savon.

[Mises à jour]

Le Sénégal a été sorti de la liste des pays infectés par le virus ce 17 octobre 2014. Au niveau interne, les concessionnaires de transport public, Dakar Dem Dikk et Aftu, ont mis à la disposition des lignes de bus et au niveau des gares routières, des dossettes de gel désinfectant pour la prévention, à compter de ce 5 septembre 2014.

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !