[51]. Incivisme sous les drapeaux

 [51]. Incivisme sous les drapeaux

L’incivisme qui s’illustre par le traitement des drapeaux pose problème. Le drapeau est l’emblème d’un pays et il communique des valeurs et des croyances. Le respect que nous lui devons ne transparaît pas dans notre usage quotidien de ce tissu tricolore. On lui en fait voire d’ailleurs de toutes les couleurs. Je m’adresse aujourd’hui aux autorités administratives, responsables politiques comme aux citoyens lambda pour relever trois petites choses qui me semblent utiles.

Il est évident pour nous tous que les hommes et femmes sous les drapeaux sont très respectueux de notre emblème. A voir d’ailleurs tout le cérémonial qui entoure la transmission du drapeau notamment à l’occasion de cérémonies officielles, on perçoit tout le respect envers ce tissu tricolore. On perçoit également la même solennité lorsque les sportifs des équipes nationales du Sénégal le reçoivent des mains de l’autorité.

Cela est lié à l’histoire et au déroulement des guerres puisque les combattants vouaient un respect au porteur du drapeau. Celui-ci n’était attaqué qu’en dernier lieu puisque sa chute évoquait la défaite de l’ennemi.

C’est pourquoi d’ailleurs, mettre au feu le drapeau d’un pays est vécu comme une attaque frontale. On ne s’en prend pas simplement à l’effigie, on s’attaque aux symboles que cette nation véhicule. Il y’ a donc des pratiques je ne parviens toujours pas à comprendre.

Cisailler les drapeaux lors de cérémonies d’inauguration

Nos autorités ont l’habitude, à l’occasion d’inaugurations, de couper et découper un ruban aux couleurs nationales. Même si par ailleurs, on peut longuement débattre sur le qualificatif à donner au tissu, les coupures en hommage à nos hôtes ne trouve aucune justification et les citoyens seront tentés d’avoir la même indifférence. Qu’on confectionne des bandeaux pour l’occasion.

J’avais d’ailleurs vu sur Facebook un drapeau en lambeaux, toujours hissé au mât à la station Total sur le boulevard du Centenaire. Vous avez certainement vu la photo défiler sur internet. Comment le gérant de cette station ainsi que ses employés peuvent chaque jour faire face à cette ignominie ? Le mot n’est pas trop fort dé et il faut que des mesures de correction soient prises.

Je parle de cette station mais il y’a également des drapeaux au niveau des écoles qui ne sont plus descendus depuis des lustres. Si ce n’est pas la couleur qui a changé, peu en reste. C’est choquant pour un établissement censé enseigner l’éducation civique aux jeunes enfants. On peut présumer donc qu’ils s’agit d’initiatives volontaires mais qui nécessitent quand même une certaine rigueur.

Vous vous rappelez du mondial de football en 2002 qui nous en a fait voir de toutes les couleurs ? Je ne parle même pas des tas d’ordures aux couleurs nationales qui ont jalonné nos ruelles et dépotoirs. Puisque les sénégalais sont d’une imagination débordante, on a eu droit à des thiaya, sacs, chapeaux, etc. Je me souviens même qu’un sérère avait enturbanné son mouton de vert – jaune – rouge.

Je ne pense pas qu’il y’ ait un texte qui impose aux écoles ou aux stations d’essence d’installer un drapeau. J’ignore également qui est l’autorité qui a compétence à régir les diverses utilisations de notre emblème nationale. En tout les cas, il est temps qu’elle prenne à bras le corps cette pratique qui n’a rien de civique. Si vous savez qui a compétence pour gérer cet aspect, faites passer le message ou laissez-le en commentaire.

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !