[53]. Qui va auditer l’action de l’Inspection Générale d’Etat ?

 [53]. Qui va auditer l’action de l’Inspection Générale d’Etat ?

L’inspection Générale d’Etat est une institution administrative supérieure de contrôle placée sous l’autorité directe du Président de la République. Elle contrôle sur commande et établit un rapport qu’il transfert à qui de droit. Là s’arrête son rôle mais la logique de reddition des comptes voudrait qu’on en communique les résultats. Auditer les auditeurs, pourquoi pas mais suivant quels paramètres?

Nous y voilà pour une nouvelle saison. Ah wawaw, chez nous chaque 52 billets donne droit à des vacances. Bienvenue donc dans la 2e saison des discussions que nous introduisons. J’espère qu’on n’a pas fait que du yokk xar mi karaw en vous bourrant la tête de choses déjà sues et connues. J’en fait les frais mais j’ai trouvé un remède.

Si vous voulez échapper au stress médiatique auquel concourent les producteurs classiques et émergents d’informations, il faut sortir de Dakar. Dépassez Diamniadio et vous sentirez les choses vous lâcher petit à petit. Et donc dans ma zone de retraite m’est parvenu les échos d’une expression nouvelle : MALOTRUI. Je n’expliquerais ni de définirais ce concept, c’est Madiambal qui l’a utilisé dans une de ses chroniques.

Cette semaine, comme toutes les semaines en cette période de l’année, l’Inspection Générale d’Etat a remis au Père de la Nation la note des élèves. Ces résultats tombent bien puisque c’est la période des examens et là également les parents sont informés du comportement de leurs rejetons. Dans un cadre normal, les bons élèves sont félicités et ceux et celles qui tâchent le blanc immaculé des inspecteurs corrigés.

Un rapport de l’IGE, c’est un peu comme les waxandé non ouverts à la suite de plusieurs hivernages. Il n’est pas rare d’y retrouver des cafards, l’odeur de moisissure ou des emplettes presque pourries. Mais bon, l’ingéniosité de certains gouvernants est aujourd’hui assez avancée pour nous remodeler un malotrui en parfait gentleman. Et comme ils nous ont convaincu d’être les seuls capables de gérer nos ressources, la récup’ n’est pas une mauvaise idée.

Fauteurs et fraudeurs débusqués, et après?

Certains d’entre-nous ont été à l’école mais beaucoup n’ont pas voulu en ramener quelques bonnes habitudes. Les mauvais élèves et les malotrui (voilà je l’ai utilisé) obtenaient zéro et un renvoi de la classe avec un retour assujetti à la présence des parents. En gouvernance sous nos cieux, on a peu de parents qui grondent, plutôt des mentors qui te mettent tes notes sous les yeux avant de te proposer une couverture si…

Et alors qu’elle est la responsabilité du maître ou du surveillant? Quelle est la responsabilité de l’Inspection Générale d’Etat dans le traitement des dossiers transmis au premier magistrat?

Des rapports d’inspection, nous en avons beaucoup de l’IGE, ARMP ak fénéne ak lénéne mais qu’en savons-nous? Perso, j’en ignore au delà de ce que nous en dit la presse qui n’en sait que ce que les détenteurs veulent bien communiquer. Les titres qui paraissent illustrent l’objectif derrière. On parlera de « méga magouilles », de « foire aux abus et aux excès » et toujours dans la théâtralisation pour qu’on en rigole.

Les rapports ne sont jamais disponibles en mode public pour que chaque citoyen puisse se faire sa propre opinion. Non, on n’est pas suffisamment préparés et responsables pour avoir l »œil sur de telles choses, quant bien même nous les avons élus. Nous n’avons pas à nous en mêler quand bien même ce sont nos contributions de toutes natures.

Ceux qui sont épinglés ont une réponse à la mesure de l’affront mais dans un discours silencieux. Nous n’avons pas reçu de rapport, nos commentaires n’ont pas été pris en compte ou des wouya wouya de ce genre. Je n’ai pas d’éléments pour douter de la sincérité du maître, de l’élève ou du parent et là réside le problème. En tout les cas, l’Inspection Générale d’Etat ne saurait être la proie.

Dans l’inconfort des gradins

On continuera dans cette logique qu’on en arrivera à nous interroger sur l’utilité des rapports de l’Inspection Générale d’Etat. D’année en année, nous serons spectateur de la même mise en scène avec des acteurs qui évoluent d’un perkal au yeuré thioub et vice versa. Les libertés qu’ils prendront avec nos ressources deviendront anodines et entreront dans une normalité. Tout ceci se joue sous nos yeux.

J’ai un profond respect pour les inspecteurs d’Etat. Dans le monde de l’administration, ce sont des agents qui ont fait preuve d’intelligence et de ténacité pour arriver à ce statut. Ils ne gèrent pas nos ressources mais veillent sur leurs meilleures utilisations et il nous faut intégrer cela. Ils dépendent d’une autorité que nous-mêmes avons choisi sur la base d’un contrat de confiance.

Nous serons mal inspirés si nous suivons cette logique en banalisant l’IGE qui n’est pas en cause ici. Chaque rapport est transmis à l’autorité, ici le Président de la République. Je peux comprendre qu’on lui en laisse la primeur mais nous devons en être les destinataires finaux. Il faut que les rapports soient déclassifiés ou rendus publics par le procédé qui sied mais il faut que l’information complète nous soit délivrée.

Si la gestion de nos impôts et taxes nous intéressent tant soit peu, c’est à nous de dire clairement le mode de gestion que nous souhaitons. Ceux qui nous gouvernent ne peuvent lire dans nos esprits et ce serait trop leur demander d’ailleurs. Nous savons comment leur parler, le reste est une question individuelle et collective.

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aider ?