[50]. Sen Talk Show : Réussir au Sénégal

 [50]. Sen Talk Show : Réussir au Sénégal

wambedmi, oser la citoyenneté

J’étais invité à l’évènement Sen Talk Show qui a eu lieu le 12 février 2015 au Cesag à Dakar. J’y suis allé avec un grand intérêt et je dois vous avouer que je n’ai pas été déçu. Je suis arrivé  en retard … sur ma montre mais pas par rapport à l’évènement. Et d’ailleurs en entrant, j’entendis une voix suggérer d’attendre un peu que les gradins se remplissent.

L’événement Sen Talk Show a eu lieu en début de soirée, un after work diront les plus branchés. En fait de rencontre, il a réuni deux générations d’entrepreneurs entre ceux qui ont réussi et ceux qui viennent de débuter. Les histoires qui ont été partagées à cette occasion ont le don d’inspirer plus d’un. Je partage avec vous certains éléments que j’en ai retenu

« L’heure sénégalaise » bien au rendez-vous

Mais nak, nagn sani khér dans le jardin avant d’aller plus loin. De toute façon ils vont aimer sinon temps mieux. Retrouver le lieu de la manifestation, mon premier casse-tête. Lorsque je suis arrivé sur place, je n’ai trouvé d’indication du lieu hormis leur panneau de … publicité standard, sans autre précision.

Il m’a fallu donc chercher, demander autour de moi ou trouver par moi-même. Et d’ailleurs la première étudiante à qui j’ai posé la question m’a d’une voix fluette répondu: « je ne sais pas où cela se passe, je suis nouvelle ». Eh ben moi aussi mais comme ils n’ont pas pensé aux nouveaux venus, tant pis.

Par chance, j’ai poursuivi l’allée et aperçu au loin, de la lumière qui me semblait étrangère dans un établissement. C’était là-bas. Sourire géant!

Peut être que d’autres sont rentrés, après avoir tourné en rond? Incident clos. Le plus important était ailleurs. Quatre grosses cylindrées étaient spécialement venues nous raconter leurs parcours.

Le Sen Talk Show

Il y’ avait Mansour Dieng, Icône de son magazine qui a mis sur orbite l’édition People au Sénégal. Il garde toujours la main notamment sur la plateforme gawlo.net.  Mansour, façon paparazzi, est parvenu à décrocher les images de ce fameux mariage goor-jigeen à Mbao avec à la clé une convocation à la Dic. Une riche carrière, impulsée au plus haut point par l’ambition et l’amour d’un métier qui lui fait se remplir les poches, assez souvent.

Avant lui, Oumar Yam s’était présenté à nous comme l’élève moyen qu’il disait être, jamais premier et pas ndaré pour autant. Atypique dans la distribution de courrier, il a fait travailler tout le monde, à toutes les heures. Tout le monde, ce sont les cousins, les badiènes et les amis, tant qu’on est disponible pour donner un coup de tri. Il se dit souvent que ce sont les proches qui sont les premiers à vous décourager au début d’une entreprise. Pas ici

« Quand vous travaillez dans une entreprise, pensez également à ce que vous pouvez apporter à la structure ». C’est je crois l’unique message que j’ai retenu de l’intervention de Jihad Kassir. Il est dans le business de l’impression, avec une belle réputation et un portefeuille client à rendre jaloux Gutenberg. A quel prix? Dormir sur des cartons et passer la nuit à l’usine. C’est sûrement cela qui lui a inspiré ses déclamations poétiques. Si donc vous cherchez un job genre stage ou contrat, prenez quand même le soin de bien vous renseigner, avec un projet à l’appui.

La quatrième personne à intervenir fut une charmante dame avec un nom propre (au vrai sens du terme): Sennequier! J’espère qu’elle ne lira pas ses lignes parce que waxone na kouko dieuw mou khamko. Beautiful Soul. En réalité, au moment où elle a rejoint le pupitre, un ensemble de petites choses se sont produites.

Un évent à forte valeur ajoutée

Un léger vent frais m’a balayé le visage alors que je n’étais pas de lourd vêtu. Mon téléphone s’est déchargé au moment même où je me suis souvenu que j’avais pas mon chargeur avec moi. Pa ailleurs, il commençait à se faire tard et j’avais épuisé ce qu’il me restait d’énergie ce jour. Bon Dieu, pourquoi on n’a pas commencé par elle?

J’ai fini par me résoudre à rentrer. J’avais déjà la tête pleine de bonnes astuces et il m’en reste une que j’ai failli ne pas vous révéler. Quand on vous sollicite pour une prestation, ne dites jamais que c’est une tâche que vous ne pouvez pas réaliser. Qui sait? C’est peut être la chance de votre vie. Dites oui et allez vous débrouiller. Dans tous les cas, mieux vaut regretter d’avoir fait que de regretter de n’avoir pas fait.

Prenez votre meilleur air sérieux et tout de go, faites bien entendre à votre interlocuteur: « Ce que vous me demandez là, c’est ce que j’ai fait toute ma vie » [Astafourlah] et puis débrouillez-vous pour le faire de la meilleure des manières. Je retiens également le clin d’œil à l’endroit des jeunes. Vos ainés veulent que vous sachiez qu’il est encore possible de réussir au Sénégal, alors venez et osez. » Oser surtout la réussite

L’idée d’une diffusion sur télévision trotte certainement dans la tête des promoteurs de Sen Talk Show. A mon avis, ces belles initiatives devraient être partagées avec une audience plus élargie. Je reste convaincu que ce que j’ai entendu pourrait nourrir de belles ambitions et créer de nouvelles vocations. Ce n’est pas toujours la formation qui fait défaut, c’est l’émulation et les référents.

Il serait donc d’une aide inestimable si ces nouveaux et anciens diplômes qui doutent de l’utilité de leurs parchemins qu’une autre voie vers le succès est possible

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !