[103]. #AfricaRekk et la stratégie marketing de Youssou Ndour

 [103]. #AfricaRekk et la stratégie marketing de Youssou Ndour

Papa Ismaila Dieng, journaliste et blogueur a décrypté pour nous la stratégie marketing de Youssou Ndour. Le choix de l’artiste musicien Youssou Ndour d’inviter les blogueurs à une séance d’écoute. Pourquoi ce choix singulier? Pour quels résultats? Nous vous laissons vous délecter de ce savoureux billet.

En invitant des blogueurs à la séance d’écoute de ses albums #AfricaRekk et #SenegalRekk, Youssou Ndour tire parti des opportunités de communication qu’offrent les réseaux sociaux. Pour quels résultats ?

Les séances d’écoute lors des sorties d’albums ne sont pas nouvelles au Sénégal. Certains l’appellent « présentation de l’album », d’autres « séances d’écoute » ou encore « conférences de presse ». Le choix de la terminologie a, de tout le temps, été laissé à l’appréciation des organisateurs de l’évènement.

Traditionnellement, elles se font entre professionnels ou/et avec la presse. Il s’agit pour l’artiste ou le groupe de présenter son œuvre aux autres professionnels de la musique, aux animateurs et journalistes notamment de la Desk culture. Pour en assurer la promotion.

Ces séances peuvent aussi prendre la forme d’un show-case. En plus des professionnels, l’artiste invite quelques fans triés sur le volet, à venir assister au live de quelques chansons de l’album.

Le bénéfice d’une stratégie

Dernièrement, l’artiste musicien Youssou Ndour a décidé d’ouvrir cette tradition à un nouvel acteur : les blogueurs. Pour la sortie de ses albums #SenegalRekk et #AfricaRekk, l’enfant de la Médina a invité des « influenceurs » bien suivis dans les différents réseaux sociaux. L’objectif étant qu’ils puissent donner un avant-goût ou une opinion sur les albums avant leurs sorties officielles.

En conviant donc les blogueurs ce 9 mai 2016 à écouter en exclusivité « Sénégal Rekk », Youssou Ndour a pu annoncer au monde la sortie prochaine de son album international. Avec une quinzaine de blogueurs autour de lui, le hashtag #SenegalRekk, choisi pour l’occasion, est resté dans les world top trends. Sur Twitter pendant 24h et sur les tendances au Sénégal pendant 72 heures.

Les world top trends de Twitter s’apparentent à la Une des médias. Ils donnent une idée des hashtags ou sujets les plus actifs sur la période concernée. Généralement, en vous connectant sur Twitter le matin, vous avez une vue des tendances mondiales et par pays. Si vous utilisez un ordinateur, elles s’affichent sur la gauche de l’écran. Sur la zone de recherche, elles sortent en premiers selon votre zone géographique.

Et donc en s’assurant d’une forte présence en ligne autour de cette période, l’information sur la sortie de l’album de Youssou Ndour a été largement « exposée » aux internautes d’ici et d’ailleurs.

Cette stratégie de promotion en ligne est une suite logique. Youssou Ndour a, depuis un peu plus d’une année, intégré le digital aussi bien à titre personnel que pour ses entreprises. D’ailleurs, l’artiste monétise depuis un certain temps ses vidéos sur la plateforme You tube. Le digital est désormais dans l’adn de son nouveau business.

Albums Rekk

Normalement, le format est le même que face à la presse et aux professionnels. On écoute une à une les chansons de l’album et l’artiste explique l’histoire autour de chacune d’elle, les choix musicaux, les artistes invités, etc. Il peut proposer une séance de questions et réponses.

A aucune de ces deux occasions cependant, ce format ne s’est déroulé comme présenté plus haut. Lors de la séance d’écoute de l’album #SénégalRek, Youssou Ndour a rejoint ses invités avec un très grand retard. L’écoute des cinq chansons s’est d’ailleurs déroulée en son absence.

Lors de la seconde séance d’écoute consacrée à l’album #AfricaRekk, M. Ndour n’était pas physiquement présent au lieu de l’événement. Il a cependant échangé avec la centaine d’invités par visio-conférence pendant une dizaine de minutes. Il était à Paris pour les besoins de la promotion du même album.

Ces manquements ont enlevé un certain sens à l’attente de certains pour ce genre d’événements mais n’ont toutefois pas « gâché la fête ». Les personnes présentes s’en sont données à cœur joie. De larges partages ont été enregistrées sur les réseaux sociaux notamment Snapchat, Facebook Live, Twitter et Instagram.

Quelle valeur ajoutée ?

Lorsqu’un artiste sort un nouveau produit, celui-ci est diffusé à la radio et à la télévision par les animateurs dédiés à cette tâche. On peut retrouver également des versions plus complètes de l’album dans la presse écrite. Celles-ci peuvent être accompagnées de critiques pouvant être négatives en certains points. C’est aussi le but du jeu.

La stratégie n’est donc pas de remplacer la presse classique mais d’associer à l’événement d’autres acteurs qui sauront aussi tirer parti de l’opportunité qu’offre le digital. A l’heure des TIC, on ne peut snober les acteurs clés de cet environnement et les blogueurs y jouent un rôle majeur.

Par ailleurs, il est devenu courant de voir des artistes « clipper » toutes les chansons de leur album afin de les monétiser principalement sur Youtube. Ils auront dans ce même ordre, besoin d’accrocher des personnes influentes. Celles-ci en parleront plus longuement, en détails et dans une posture d’utilisateurs. Les feed-back sur des produits sont désormais très attendus des consommateurs.

Dans la phase de vulgarisation, des blogueurs pourront insérer des liens ou intégrer ces vidéos dans des billets de blogs. Ils peuvent également donner leurs avis des plateformes spécialisées comme Music in Africa. D’autres encore se chargeront d’assurer la communication autour des plateformes de ventes en ligne comme Itunes.

L’objectif ultime est donc de partager et rendre visible pour accrocher le consommateur et déclencher une opération d’acquisition. Si un blogueur suivi par 10.000 personnes arrive à informer les 7.500 de la sortie d’un album et que sur ces 7.500, on enregistre simplement (ou au minimum) une dizaine de retweets, on aura atteint une cible qui en théorie est intéressée et prêt à l’action.

J’évoque ici la perspective d’un seul réseau, Twitter. Le potentiel dans le monde des technologies, de l’information et de la communication reste juste extraordinaire.

Papa Ismaila Dieng

10 COMMENTAIRES

  • Salam Alaaji. Ani léweul bi?

    Effectivement la question de la « rétribution » ou des avantages s’est posée après l’événement. A aucun moment cela n’avait été discuté mais la tradition veut que les personnes invités (presse, professionnels ou blogueurs) repartent au moins avec le CD (dédicacé si l’invité le souhaite) et des goodies (objets promotionnels) si l’artiste en a produits. Mais pour les deux cas cités, il n’a aucunement été question de rétribution, perdiems ou cadeaux. Tout au plus pour #SenegalRekk on a eu quelques cookies et de la boisson et pour #AfricaRekk ce fut juste un verre de jus (je m’abstiendrai de le commenter).

    • Aliamsi, bou gars yi diokhéwoul dara mom leweul bi dou meuna saf soukeur.

      Comme je l’avais lu dans un tweet de NK, le milieu du blogging au Sénégal est encore jeune et nous avons besoin de poser certaines bases dans un compagnonnage gagnant – gagnant. Je ne désespère pas que « cette mésentente » soit corrigée par Youssou Ndour et son équipe 🙂

    • Bon espérons. Lou si ame rek, di nagne ko bokk ak WaMbedmi… Je parle de l’info bien sur looll

  • Je suis heureuse de lire que l’événement à été un succès. Je n’ai pu rester longtemps, l’attente à l’extérieur du lieu indiqué à été trop longue.

    • Succès relatif.

      Il a peut-être eu le retentissement souhaité sur les RS. Mais sa relation avec les blogueurs… Je n’en dirai pas plus.

      • Bonjour Papa Ismaila,

        Je ne pense pas que la relation avec les blogueurs en soit dégradée. Nous sommes au début d’une collaboration et il est bien qu’on en tire les leçons à chaque fois que l’occasion s’y prête.
        Si cette discussion permet d’améliorer les relations entre blogueurs et « clients », on sera déjà bien avancé

        • Oui bien sûr mais la « relation de confiance » en a pris un coup d’après ce que j’ai vu sur les réseaux sociaux. maintenant il va falloir négocier serré avant « d’aller sur le terrain ».

    • Bonsoir Anne Marie
      je viens de consulter le site web http://ellecitoyenne.com/
      En effet, je souhaiterai collaborer avec vous sur des projets qui touchent l’Afrique et la Diaspora.

      Pourrais-je avoir vos contacts ?
      Bien à vous

      OMZART.COM

  • Bonjour Papa Ismaila et merci pour ce bel article.
    Je n’ai pas vu de traces de chèques que notre You national vous a délivré ou d’avantages reçus alors que c’est la contrepartie normale de cette action. Oubli, rétention d’info wala diota gossi?

    A moins d’être fan de #AfricaRekk et de #SenegalRekk ou avec une motivation particulière, nous devons considérer ces actions comme des prestations et elles ne peuvent continuer à être gratuites tout le temps. Votre « influence » est le résultat d’un travail acharné durant de longues journées et d’interminables nuitées et si vous avez fait partie de la liste des invités, ce n’était pas pour vos beaux yeux (j’y ai même pas prêté attention d’ailleurs) mais pour la rentabilité de vos tweets et posts.

    Je ne sais pas encore comment la mise en relation s’est faite mais si la personne en charge des RP ne prend pas en compte cette donne, il faut qu’à votre niveau (j’imagine aussi que vous faites un travail en tant que professionnel), ces modalités soient discutées et prises en compte.

    • Enfin je peux répondre à ce commentaire.

      Personnellement il ne s’agit pas d’une affaire de fan. C’est une nouvelle expérience à accompagner et j’y suis allé d’autant plus que c’est un ami personnel qui est dans le staff de YN qui m’a contacté pour cela.

      Après le « test » #SenegalRekk, nous nous étions tous dit que les erreurs seraient corrigées mais le constat en a été tout autre.

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !