[24]. Téléphone: votre vie est-elle en mode « Jokko »?

 [24]. Téléphone: votre vie est-elle en mode « Jokko »?

wambedmi, oser la citoyenneté

Usage du mobile au Sénégal, Oh téléphone, compagnon d’infortune, toi qui est source de mes soucis et de mes espoirs, je ne te trahirais jamais. Je finirais par croire qu’on a un usage spécifique du téléphone tant notre relation avec ce gadget est fort. Rien n’y résiste, il est partout, il est notre alpha et notre oméga.

Je débute aujourd’hui avec une histoire fantastique. J’étais venu rendre visite à Tonton Massamba, un toucouleur bon teint dont vous connaissez l’histoire. Ce jour-là, quelques temps après qu’il ait commencé sa prière, son téléphone a sonné de sa poche et voilà la scène à laquelle j’ai assisté:

– Tonton Massamba: Allo, kokou koumou?
– Interlocuteur: ……
– Tonton Massamba: Woma si kanam. Damay djouli

A la suite de quoi, il remis tranquillement l’appareil dans sa poche et poursuivit ses rakaa’s comme si de rien n’était. Je me suis gardé de l’interpeller sur cette affaire parce que je savais déjà la réponse qu’il allait me servir. Plus tard, en voyant des affiches d’un téléphone barré au niveau des chaque mosquée, je compris qu’il ne s’agissait plus d’un phénomène isolé.

C’est aujourd’hui une image qui fait partie de l’environnement de la plupart des lieux de cultes. Si j’ai bien compris d’ailleurs, l’image suggère une interdiction d’émettre ou de recevoir des appels. On peut éteindre ce qui me semble plus prêter à la sérénité, ou mettre le mobile sous vibreur avec le risque d’être déconcentré. Et donc malgré l’appel à « fay len sen portable yi« , on perçoit toujours des sonneries.

Imaginez la gêne qu’une sonnerie de portable engendre pour des dizaines voire centaines de personnes concentrées dans leurs prières. Surtout que tout le monde n’est pas Tonton Massamba pour décrocher au beau milieu de la prière. Je peux comprendre le souci de ne pas manquer un appel important mais la meilleure attitude est de s’abstenir de venir à la mosquée. Ou ne pas prier du tout mou gueuna simple.

A moins que le projet soit de nous pousser à croire que l’usage du téléphone au Sénégal ne peut s’estomper, même dans nos moments d’adoration du Tout Puissant.

S’accommoder du mobile

J’ai donné l’exemple de la mosquée mais un usage similaire du mobile est noté au Sénégal et à tous nos événements. Allez-y à l’enterrement et vous entendrez, au moment de la prière mortuaire ou la mise sous terre, un téléphone sonner. Je guette toujours ce moment où des regards désapprobateurs se tournent vers le coupable, celui qui a osé déranger le mort.

Et puis tu les vois se coltiner avec le portable qu’ils recherchent dans toutes les poches avant de chuchoter « je te rappelle ». Le plus curieux dans ces moments, c’est la décision finalement prise d’éteindre le mobile ou de le mettre sous vibreur.

Je reste persuadé d’une chose et j’attends qu’on me prouve le contraire. Si une personne a besoin de vous, même en extrême urgence, il prendra soin de vous rappeler ou laissera un message. Manquer un coup de fil parce qu’on est en prière ou en recueillement ne vous rendra nullement malheureux. Ou alors, il s’agit d’autre chose qui mérite un examen médical. Pensez à consulter un spécialiste.

Sachez cependant que dans certaines zones du pays, se connecter à un réseau téléphonique reste encore un luxe. J’ai fait le constat Oulampane (Bignona) quand j’ai vu les gens accrocher leurs portables aux arbres. Dans d’autres localités notamment vers Kidira, c’est le réseau étranger (Orange Mali) qui est le plus à portée. J’ai d’ailleurs toujours le sourire quand je reçois au Sénégal ces sms de bienvenue.

Je ne sais pas si l’Autorité de régulation (ARTP) est au courant de cet état de fait. J’en parlais à un ami quand il m’indiquait qu’en certaines zones de Dakar, le réseau était absent. Certains d’entre vous connaissent certainement ces zones hors couverture dans la capitale. En tous les cas, la couverture nationale reste une exigence des opérateurs et doit avoir une réalité.

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

7 COMMENTAIRES

  • je suis tout fait d'acccord que les sms soient considérés comme preuve d'infidélités. Mais en voici encore une des inconvénients des portables. Qu'est ce qui prouve que le sms a été bien envoyé par la personne concernée pour pouvoir en tirer un cas d'infidélité. Ca peut être n'importe qui à la place de la personner concernée. C'est pour il faut sensibiliser les personnes. Il doivent savoir Ou, quand et comment utiliser les téléphones portable. La société sénégalaise en est vraiment inconsciente que se soit dans les transports, en voiture personnelle, dans les rues, dans les hopitaux, dans les lieu de travail et enfin dans les mosquées dont je me rapelle l'incident inoubliable. J'étais parti chez une tante à Liberté 6 c'était un mois de Ramadan. A l'heure de Nafila nous sommes sorti dans la cours de la maison pour prier avec la mosquée qui était en face. Aprés les 4 "Rakkas' de guéwé, l'imam à pris la parole en sensibilisant les personnes sur le fait d'écouter de la musique lors du jeune. Je jure avant qu'il termine on entend partout son portable entrain de sonner avec une chanson de Salam Diallo. Le pauvre abattu il nous sort cette phrase"sama téléphone bi dé gourét mou sonné, silencieux rek lakoye déf, sama sétt yi niokoye fowé ba défal ma si liii. baléne meu dé'. Donc ces genres de situation on peut bien évidemment les éviter. Et il est de notre devoir de s"engager pour une sensibilisation totale sur tous les plans.

    • Et d’ailleurs, une jurisprudence en matière civile (en France) a considéré que les sms pouvaient être retenus comme preuve dans un affaire d’infidélité et le divorce a été prononcé aux tords du mari. Faut donc ef-fa-cer les sms. mdr

  • Les inconvénients sont multiples. Ils sont plus sociaux qu'économiques. Au plan social, l'utilisation du téléphone portable présente des effets sanitaires. En effet, les téléphones cellulaires transmettent et reçoivent des ondes qui sont dangereuses pour la santé (ALBE et BOURAS 2002). Ces ondes agissent sur la tête, le cerveau, le système nerveux. Cependant, aucun scientifique n'a démontré que l'utilisation du portable est nuisible à la santé. La poussière de Cotonou est plus nuisible que le mobile (ASSOGBA 2006). Toutefois, en attendant d'être fixés sur les effets du téléphone portable sur la santé, les scientifiques recommandent une utilisation modérée du mobile et déconseillent aux enfants de moins de seize (16) ans d'en utiliser. Dans le même ordre d'idée, en 2008 APLOGAN dans son article « Téléphone portable et Développement durable : la faim justifie-t-elle les moyens ? » montre que le téléphone portable est hautement dangereux. Plusieurs études récentes mettent en évidence la possibilité d'un risque d'effet sanitaire lié à l'utilisation du mobile. Une étude internationale de grande ampleur, menée dans treize (13) pays sous l'égide de l'OMS, est actuellement en cours. Une vingtaine de scientifiques, essentiellement des cancérologues, viennent de lancer un appel à la prudence dans leur utilisation. Pour ce dernier, comme pour le SIDA, le téléphone portable dont l'utilisation imprudent se généralise en Afrique avec la bénédiction de ses dirigeants et dans la frénésie infantile et ludique des Africains eux-mêmes, est gros d'un fléau terrible aux conséquences potentiellement dramatiques.

    D'après tout ceci, nous pouvons dire que si l'utilisation du téléphone portable affecte la vie humaine, il affecte également les relations de couple car elles sont faites d'Hommes. Par ailleurs, l'utilisation de ce mobile qui favorise et alimente les relations de couple constitue parfois des sources de conflits.

  • Sensibiliser les usagers reste nécessaire alors même si le rappel de l'imam n'empêche que des téléphones sonnent lors des prières. J'imagine qu'il est difficile pour certains de se séparer de leurs mobiles le temps d'une prière

  • Justement ce n'est pas facile comme tu le crois de déchiffrer le téléphone portable barrrer d'une bande rouge.. .c'est un message codé que seuls ceux qui sont instruits peuvent comprendre. ..c'est comme le code de la route tous les chauffeurs sont censés le connaître mais on met un flux pour contrôler. .

  • C'est vrai que devant chaque mosquée on a mis le téléphone portable barrè d'une bande rouge..mais ce code n'est déchiffrable que par ceux qui sont instruits et malheureusement ce sont eux qui ont leur telephone qui sonne. .c'est pour cela que les imams font un rappel. ..c'est comme le code de la route le policier est sur la route pour rappeler qu 'il faut respecter le code

    • A votre avis, que faut-il faire d’autres. Déjà que l’imam rappelle à chacun d’éteindre son portable mais rien n’y fait. A chaque vendredi, j’entends la sonnerie d’un mobile au cours de la prière

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aider ?