[153]. Je me prépare à être pharmacien depuis mes 9 ans

 [153]. Je me prépare à être pharmacien depuis mes 9 ans

Nous recevons le Dr Bamba Ndour pour nous présenter le métier de pharmacien. Il tient depuis 2014 un officine à Pikine après avoir passé une dizaine d’années dans l’industrie pharmaceutique. Auparavant, le Dr Ndour a travaillé en tant que Délégué Médical avant de passer Coordinateur Marketing Afrique de l’Ouest et District Sales Manager (DSM) des réseaux Hypertension/Diabète, Thrombose/Antibiotique et Antiparasitaire/Médecine Interne.

Son nom doit vous être familier parce qu’il était intervenu dans un billet que nous avions consacré à la garde en pharmacie. Il a accepté de se soumettre aux CINQ + 1, en espérant que des vocations naîtront de son histoire.

Quel est votre métier/profession ?

Je suis pharmacien d’officine, un espace dédié à la dispensation des médicaments et aux conseils pour une bonne prise en charge des patients. La pharmacie est organisée comme une société à part entière sous la forme que l’on choisit. C’est en 4e année au département de pharmacie qu’on opère le choix suivants trois options : officine, biologie ou industrie.

Les pharmaciens biologistes travaillent dans des laboratoires d’analyses médicales tandis que les industriels sont au niveau des industries pharmaceutiques. Si nous sommes tous aptes à l’exercice de la pharmacie, il faut avoir choisi ces derniers options pour se retrouver pharmacien biologiste ou industriel. Ces filières sont dédiés aux meilleurs de la promotion mais le choix peut dépendre d’autres considérations.

Qu’est ce qui vous plait dans l’exercice de ce travail ? Qu’est ce qui vous donne au quotidien l’envie de l’exercer ?

C’est d’œuvrer au quotidien pour que les personnes gardent leurs états de mieux-être. L’envie me vient surtout du sentiment d’être utile à la population de par mes conseils dans la délivrance des ordonnances et le suivi de leurs pathologies. Traiter ceux qui sont malades à travers une prescription médicale ou un conseil médical ou alors les aider à garder leur capital santé.

Ainsi, l’expression « vente » n’est pas adaptée, je parlerais plutôt de dispensation de médicaments qui couvre plusieurs étapes. Il y’a la vérification de la régularité de l’ordonnance, l’identification du médicament, sa délivrance à la bonne dose et les conseils associés à son utilisation. Je suis, en tant que pharmacien, habilité à conseiller des médicaments pour la prise en charge de certaines pathologies.

Quel est le cursus (formation académique ou séjour professionnel) qu’il faut pour exercer votre métier?

C’est d’abord au lycée qu’il faut être performant en mathématiques, sciences physiques et sciences naturelles (SVT). Il faut ensuite être admis au baccalauréat dans les séries C ou D (séries S désormais), au premier tour. Ce premier pas franchi, l’étudiant doit avoir un bon ranking pour être orienté. Le premier qui a le meilleur cumul dans ces trois matières est d’abord retenu jusqu’à ce que l’effectif prévu soit bouclé.

A l’université, j’ai suivi cinq années de cours magistraux et une année de thèse. Durant ces années, l’étudiant suivra des stages d’initiation et des stages pédagogiques dès la première année. Cette formation intègre également d’autres stages hospitaliers en soins infirmiers, en laboratoire de biologie et en pharmacie hospitalière. Le processus sera clôturé par un examen de validé de stage au niveau de l’université.

Était-ce le métier dont vous rêviez étant jeune ou c’est plus tard que vous l’avez embrassé?

Pour l’histoire, il faut savoir qu’en 1982 déjà, j’habitais en face de la Pharmacie Boubakh à Kaolack. J’ai subi les effets de l’environnement de la pharmacie, du cadre et surtout de la blouse blanche. C’est à l’âge de 9 ans que j’avais décidé avec mon père que je serais pharmacien Incha Allah.

Le challenge de mon père a beaucoup contribué à mon intégration dans ce métier. Je m’efforçais, à la suite de cette décision, d’avoir de bonnes notes et de fortes moyennes. Quand je travaillais moins bien les matières scientifiques, il me narguait en ces mots « Boy la pharmacie c’est pas pour toi car il faut pas seulement être bon mais faire parti des meilleurs »

Quel est le métier que vous recommanderez à votre enfant? Pourquoi?

Ne jamais choisir de métier pour ses enfants. En fonction de leurs aptitudes, je suggère de discuter voire échanger avec eux afin de mieux les aider à faire le meilleur choix. Un bon métier sera pour moi celui qui te permet de t’épanouir et de gagner en même ta vie.

Quel est le métier que vous souhaiteriez qu’on vous présente?

Le métier de sociologue.

[Mise à jour] – Le métier de sociologue est présenté ici

La rédaction

redaction@divancitoyen.com

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !