[40]. Petits secrets et Grands enjeux des Baux Maraichers

 [40]. Petits secrets et Grands enjeux des Baux Maraichers

Nous avons été interpellé ces derniers jours sur la décision gouvernementale de rendre fonctionnelle la nouvelle gare routière « Les Baux Maraichers ». Dès l’entame, nous avons déjà une première interpellation relative à cette dénomination.  Pour rappel, les Baux Maraichers remplace les points de remplissage qui essaimaient dans les quartiers, aux gares Pompiers, Patte d’oie et Colobane.

J’ai commencé à être un usager du transport interurbain en 1998 en empruntant les taxis jaune noir,  bus Ndiaga Ndiaye ou Carou Mouride. J’ai donc un certain vécu avec ces moyens de locomotion mais l’objet de ce billet n’est pas trop de décrire les histoires et petits ragots lors de ces voyages. J’avais évoqué les préparatifs et à le parcours dans deux billets différents. Des friands de faits divers alléchants y sont servis.

Je voudrais cette fois-ci évoquer la polémique, toutes les polémiques relevées depuis l’annonce du transfert. A mon avis, le jeu d’intérêt concerne la tentative du gouvernement de réglementer le transport interurbain dans Dakar. On se rappelle de la levée de boucliers de syndicats des transports qui ne souhaitaient pas se déplacer. Ils ne voulaient pas y aller parce que certains « éléments de la corporation » n’étaient pas pris en compte dans la nouvelle architecture.

Plus de coxeurs, plus de djouti payés à des particuliers, toute une panoplie de privilèges qui disparaît. Le bruit avait d’ailleurs couru que le principal meneur dans ce mouvement avait postulé pour la gestion (privée) de la gare. Sa défaite pourrait expliquer ses agitations mais je ne saurais trop m’avancer sur ce sujet.

Il était temps qu’on se décide enfin

Le gouvernement, bien inspiré d’ailleurs, avait différé la confrontation mais tenu bon jusqu’à ce que ce processus aboutisse. C’est en tout cas ce que nous avions cru, jusqu’à ce qu’une autre composante du transport routier entame ses revendications. Un autre mouvement de grève était initié, celui les « horaires ».

Et comme toujours, ce sont les usagers, simples citoyens qui paient les pots cassés. Nous avons tous vu le calvaire des voyageurs bloqués dans les différentes gares routières du pays. Ils ont été laissés à eux-mêmes et n’ont eu que leurs yeux pour pleurer ou les micros des radios pour se plaindre. Il est clair aujourd’hui que toutes les contestations soulevées ont eu pour fondement la préservation d’intérêts individuels ou de groupuscules. Aucune once de revendication citoyenne n’a émergé jusque là.

J’ai voulu constater de visu ce qui avait changé avec ce nouveau système. J’ai pourtant personnellement trouvé que les lignes avaient bougé avec l’ouverture de Baux Maraichers. Le premier élément concerne la maîtrise du trafic puisque le système d’enregistrement informatisé est important. Il permet à l’administration de disposer, en temps réel, de données fiables sur les voitures en gare, en parcours et les flux.

En matière de politique d’aménagement du territoire, il nous semble important que le gouvernement ait une idée du mouvement des populations. Quelle ville dessert le plus la capitale? A quelle période? Toutes informations que l’autorité pourrait utiliser pour une meilleure politique routière. A ce que je sache, cela n’avait pas été possible dans le passé, même avec le système des aliweuh des coxeurs.

Quelques mesures salutaires

Pour dissuader les potentiels « maraudeurs », deux reçus sont fournis à chaque véhicule mais laissés au portail de la gare routière et à Diamniadio. D’autres mesures comme l’interdiction de la vente à la sauvette, la disponibilité de charriots pour les bagages lourds ou alors la possibilité de payer ses bagages au chauffeur ou au guichet sont en vigueur. Dans tous les cas, un système de répartition des frais de bagages existe et ne soyez pas surpris si un agent vous demande combien vous avez payé.

Enfin des efforts ont été consentis avec un système de covoiturage pour les clients qui empruntent le même trajet. Je me rappelle que la dernière fois, nous sommes tombés sur un vieux vraiment grincheux. Après avoir encaissé l’argent, il nous a fait descendre sur le bord de la route sans prendre la peine de nous déposer chez nous. Néna fignou deuk dafa sori torop té comme mak bour leu…

Je crois qu’il nous faut soutenir cette initiative sans aucune arrière pensée politique ou partisane. Le but ultime est de rendre plus opérationnel et organisé le système de transport public qui profitera finalement aux citoyens. Le test grandeur nature aura lieu à l’occasion de la Tabaski avec les surenchères sur les prix de transport. Si l’administration de la gare, de concert avec les chauffeurs, réussit à garder les tarifs à leur niveau normal, ce sera très bénéfique.

Et vous, vous sentez-vous concerné par cette nouvelle mesure? Quel est votre avis de citoyen? Auriez-vous une suggestion à faire à l’administration de la gare et incidemment aux autorités?

Alaaji Abdulaay

Blogueur citoyen

Vous exprimer sur le sujet

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Discutez avec nous
Besoin d'aide ?
Scan the code
Bonjour 👋
Dites-nous comment nous pouvons vous aider !